Thèmes

éléments mer merci homme enfants article fille travail mort femmes bébé tendresse dieu islam dieu

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Chroniques femmes coraniques (5)
· Coran (26)
· Hadith (0)

Rechercher
Derniers commentaires Articles les plus lus

· Merveilles corraniques: sourate el moulk, ou celle qui sauve
· Merveilles coraniques: Sourate El Djinn
· Sourate El Kafiroun
· Sourate El Houmaza: contre la calomnie
· Le Verset du Trône, beauté et style

· Sur les traces de Amina et Halima: trois et fin
· Les deux mères du Prophète (P. et S. sur lui)- Un
· Sorate Koraïch : sécurité et nourriture
· Sourate Le Très Haut: Coran et rappel
· Sourate El Asr (Le Temps)
· Merveilles coraniques: sourate el houdjourate
· Sourate El Massad (la Corde en feu)
· Merveilles coraniques:sourate Et-Tahrim
· Sourate An-Nasr (Le Triomphe)
· Sourate El Moulk : le secret de sa structure -un

Voir plus 

Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Statistiques

Date de création : 08.02.2010
Dernière mise à jour : 22.05.2011
32 articles


Sur les traces de Amina et Halima: trois et fin

Publié le 04/01/2011 à 22:37 par lecoranfacile Tags : merci homme enfants article fille travail mort femmes bébé tendresse dieu islam

 

La reconnaissance du Prophète (P/ et S. sur lui)

Le volet maternel pesa en vérité plus tard dans les moments cruciaux de tout son poids dans l'équilibre stratégique entre les deux puissances régionales, la Mecque hostile dans sa globalité à la nouvelle religion pourtant prêchée par un des leurs et ce malgré le volet paternel d'un côté et Yathrib, avec ses attaches maternelles de l'autre qui s'était montrée accueillante et ouverte.

Il faut souligner toutefois que cette alliance ne s'était pas faite sur des bases strictement tribales très fréquentes, dans la presqu'île arabique, que le Prophète (P. et S. sur lui) avait du reste énergiquement dénoncée et rejetée, mais sur des arguments convaincants, la compréhension et le soutien d'une cause juste et la défense de la religion du juste prêchée par un des leurs.

Lorsqu'on évoque Koraich, l'on se réfère aux dignitaires qui avaient les rênes du pouvoir et avaient juré de tout faire pour faire échouer la mission de Mohamed, pourtant leur propre enfant, d'où l'expression que personne n'est prophète en son pays. Mais la Mecque a tout de même, donné une poignée d'hommes et de femmes, les meilleurs et la crème, quelque 300 fidèles au total , à l'Islam malgré la répression et le chantage grâce au travail patient du Prophète durant plus de treize années de prédictions soutenues.


Les cousins médinois et la bouffée d'oxygène

N'empêche, la place des deux mères du Prophète, par le sang et le lait, Amina et Halima, toutes deux, originaires de Médine, n'est pas étrange au ralliement massif des gens de Médine aux côtés du Prophète, considéré aussi comme leur enfant chéri et béni. La conclusion de l'accord scellant la solidarité à toute épreuve entre Ansars (médinois) et Mouhadjirine symbolisa ce soutien en marquant une étape nouvelle dans la Révélation et qui en définitive marqua le déclin de l'autorité des dignitaires Koraichite et plus tard leur défaite et leur capitulation, suivie par l'ouverture de la Mecque.

Le rôle joué par ces deux dames a été en définitif décisif dans la défense et le soutien du Prophète et partant de l'Islam. Une première fois, elles l'avaient sauvé, alors bébé des dangers de la vie dans les premières années difficiles. Sachant par les signes révélés que le bébé était destiné à une grande mission, elles redoublèrent de vigilance pour le protéger de tout mal en se mobilisant entièrement à sa cause.

Une seconde fois lorsque toute Médine et son peuple, les cousins maternels, s'étaient porté comme un seul homme à son secours face aux méchants mecquois.

Dieu avait promis de surprendre Koraich là où elle s'attendait le moins. Confiante et sûre d'elle, elle avait tenté d'imposer un blocus entier à la Mecque contre le Prophète pour le contraindre de renoncer au monothéisme et à la Révélation.

 

La bouffée d'oxygène était venue en effet de Médine, la ville maternelle du Prophète, qui avait réagi comme dans un sursaut d'orgueil, à la surprise de la superbe Koraïch et à son grand désappointement et sa désolation. Du reste, c'est Allah, au fait de tout, qui ordonna au Prophète le moment venu d'y émigrer et de trouver refuge.

 

L'hommage aux deux mères

La mère Halima qui ne cessa de suivre son enfant apparut de nouveau dans la vie du Prophète lors des premières heures de la venue à Médine en allant, elles et ses enfants Abdallah et Chaima, la poétesse, à sa rencontre en ayant adopté l'Islam et en étant parmi les plus fervents défenseurs. L'Hégire était pour elle sa propre victoire. Les victoires qui s'ensuivirent aussi. Dans un signe de reconnaissance, le Prophète (P et S sur lui) la rencontra sous le regard contemplatif et admiratif des compagnons en lui exprimant ses reconnaissances et sa gratitude. Quant à sa sœur Chaima, célèbre aussi par sa voie céleste et ses chants religieux, elle décida de dédier tous ses poèmes nouveaux à son frère de lait et au triomphe de l'Islam.

 

Une fois de retour à Médine, le Prophète se rendit sur la tombe de sa mère Amina, avec la permission de Dieu en observant un silence mais sans prononcer de prière, en signe de respect pour sa mère, pourtant morte sans avoir embrassé l'Islam.

En voilà donc un aperçu succinct sur le rôle et la place des deux mères du Prophète (P. et S. sur lui), notamment pout Halima dont la tradition musulmane chante abondamment le mérite pour le soutien décisif du Prophète, ayant vécu orphelin et soutenu par des mères tendres et affectueuses. Là où les savants ont peut-être failli à leur mission, la tradition a comblé le vide. Les chants populaires sur Amina, Halima et sa fille Chaïma sont légendaires.

 

Les orphelins et les mères

Aussi bien le Coran que le Hadith, recommandent du bien pour les orphelins et les mères en prenant leur défense, mieux que quiconque. Le Prophète (P. et S. sur lui) fort de sa propre expérience en donna l'exemple. Celui qui élève un orphelin convenablement devient un rapproché du Prophète et le Paradis est placé sous le pied des mères.

 

L'on attribue aussi au Prophète ce hadith qui conseille le choix des femmes en mariage: "Faites le bon choix en pensant aux cousins (maternels) de vos enfants. Sans doute son père Abdallah qui était allé cherché Amina à mille lieux de la Mecque en savait un bout. Quel courage et quelle vision pour ce père mort précocement, mais qui avait laissé un bon héritage inestimable pour son enfant. C'est indirectement le meilleur hommage à titre posthume à son père. Le Prophète a sans doute suivi l'exemple dans le choix de ses futures épouses, un choix noble et médité comme on le verra lorsqu'il forma son propre harem, notre prochain thème.

 

Un bébé est source de baraka. Grâce aussi à la tendresse des mères comme Amina et Halima qui demeurent un exemple à suivre. Qui pouvait prédire que le bébé Mohamed, laissé à la merci d'une nourricière inconnue, était en vérité la clé du Paradis. Tant qu'on prie pour lui, la vie durera encore et la fin du monde sera repoussée.

Smail BOUDECHICHE

Prochain article: les épouses du Prophète





DERNIERS ARTICLES :
Sourate el ouaqiaa: celle qui sauve
Salam Allah soit sur vous! Nous invitons les chers visiteurs fidèles à notre méthode de traitement et de présentation de sourates pour les rendre plus accessible et plus
Sourate El Inchiqaq- l'appel et le jure
  Un appel et un jure On a vu dans la première la présentation de sourate el inchiqaq qui renferme la structure suivante et les deux signes en guise d'introduction su
Sourate El in chiqaq -1-le jour dernier
Deux signes, un appel et un jure     C'est la quatre-vingt-troisième dans l'ordre chronologique. Elle contient vingt-cinq versets d'inspiration mecquoise. Elle est à rapp
Fatma Zohra et le Coran
Hafsa, une imprimerie vivante au service du Coran    Nous célébrons ces jours-ci la nuit du Destin qui a vu la révélation du Coran des Tablettes Gardées au dessus du sept
Sourate El Aâla (Le Très Haut): coran et rappel
Contrat moral entre Dieu et son Prophète pour la lecture du Coran et le rappel               Sa spécificité réside dans le fait qu'elle incite premièrement à la prise en
forum